top of page

SMAÏN

En accord avec
Rouge Basket Productions

Smaïn voit le jour le 3 janvier 1958 à Constantine, en Algérie, où il est abandonné dès sa naissance. Il est adopté à l’âge de 2 ans par une famille française et s’envole pour la France.

Très tôt il se passionne pour le show-busines. Ses parents le soutiennent, bien qu’ils se méfient de ce monde. Après le décès de ses parents, il abandonne l’école et enchaîne les petits boulots et débute sur les planches de petits cafés-théâtres à Paris avant de faire la rencontre de Philippe Bouvard. Ce dernier lui propose d’intégrer son théâtre et lui permet de faire la connaissance d’autres humoristes, dont les Inconnus. En 1986, il décide de se lancer en solo avec ses premiers one-man-shows A Star is beur (1986) ou encore T’en veux ? (en 1989). En 1996, il décroche la consécration en remportant le Molière du meilleur one-man-showpour son spectacle Comme ça se prononce.

En plus de connaître une belle carrière sur scène, les portes du cinéma s’ouvrent à lui. Après un premier petit rôle en 1982 dans Te marre pas…c’est pour rire !, il enchaîne les tournages et se voit confier des rôles de plus en plus importants. En 1999, Gérard Oury lui propose d’être Irénée, le héros de Le Schpountz, reprenant ainsi le rôle joué par Fernandel dans la version originale. Bien qu’il se fasse assez discret dans la presse, Smaïn continue sa carrière sur les planches et à la télévision en participant à des séries et des téléfilms ou encore en devenant l’un des jurés de La France a un incroyable talent en 2009. 

A 60 ans, SMAÏN a dévoilé l’an dernier le livre « Les pensées de Smaïn » avec ses maximes. Il collabore actuellement avec Michel LEGRAND sur la réalisation d’un album « Délit de Fa dièse« , à paraître. Un projet qui existe déjà sous la forme d’un spectacle, dans la grande tradition du music-hall, mêlant sketchs et chansons. « J’ai rêvé ma vie, comment ne pas me satisfaire de ce qu’elle a pu m’apporter. Il se trouve que dans une carrière, on va dire plus simplement sur ce parcours enchanté, il y a des rencontres qui vous laissent une sensation de plénitude, de grâce et d’immense bonheur. MONTAND, BÉCAUD, AZNAVOUR et tant d’autres m’ont permis de briser le miroir pour devenir enfin un peu le cousin de la famille. Et puis il y a les miracles, celui de ma rencontre avec Michel LEGRAND lors de mon passage au Casino de Paris en fut un. Assis au sixième rang de ce majestueux Music-Hall, le Grand Michel était, ce soir-là, le spectateur de mon destin. Le contact fut immédiat et notre désir de collaborer également. Alors de ce « Délit de Fa dièse » je vous présente aujourd’hui douze chansons qui ont éclos de notre rencontre. Je me dois maintenant de les faire exister » confie-t-il.

2024 : RETOUR DE SMAÏN SUR SCÈNE AVEC UN NOUVEAU SPECTACLE 

bottom of page